On en parle beaucoup ces temps-ci : le financement « peer-to-peer » ou pair-à-pair en français. Le principal avantage de cette nouvelle méthode c’est la possibilité de faire connaître sa cause à un plus grand nombre de gens que pour une campagne de financement traditionnelle n’utilisant pas le peer-to-peer. C’est aussi une façon de profiter pleinement des technologies numériques et des réseaux sociaux et leur énorme capacité de partage de l’information.

Selon les publicitaires, la meilleure publicité est le bouche à oreille, principe sur lequel repose le financement peer-to-peer. Voici les grands principes et avantages de cette façon de faire et les raisons pour lesquelles vous devriez inclure cette stratégie au sein de votre prochaine campagne de financement.

 

Étape 1 : Inclure le financement peer-to-peer à vos campagnes


La principale question qu’il faut mettre en lumière est comment intégrer le financement peer-to-peer à vos campagnes de collectes de fonds? La première étape consiste à se doter des bons outils. Une plateforme ou un outil qui permet de recueillir des fonds en ligne est essentiel pour la mise en place d’une telle stratégie. Cela tombe bien! Car la Suite interactive donna est optimisée pour permettre aux fondations et organismes de créer des campagnes de financement en ligne pour différents projets comme par exemple : la campagne annuelle, des défis sportifs, des événements bénéfices, etc. De plus, plusieurs campagnes peuvent avoir lieu simultanément et chacune a ses propres objectifs. Là où le peer-to-peer entre en compte c’est dans le cadre du financement par équipes.

Équipes reliées à une campagne de financement
fictive dans la Suite interactive donna

 

Donna permet, pour chaque campagne de financement associée à une fondation ou un organisme, la création d’équipes qui seront associées à la campagne choisie. Ainsi, une personne désirant s’impliquer pourra créer son équipe et fixer un objectif à cette dernière, par exemple 8 500 $. Pour atteindre cet objectif, elle demandera l’aide de gens de son entourage en les invitant à se joindre à son équipe et/ou à donner à l’équipe. D’une personne on passe alors à plusieurs membres. Il se crée ainsi un esprit de compétition entre les différentes équipes liées à une campagne qui veulent toutes atteindre leurs objectifs respectifs. Cette compétition est aussi présente entre les membres des équipes. Qui dit esprit de compétition dit multiplication des efforts afin d’atteindre la réussite. De cette manière chacune des personnes consultera son entourage (famille, amis, collègues, relations d’affaires, etc.) afin de les inciter à l’encourager en donnant à sa cause. Et voilà! Les bases du peer-to-peer sont établies!

Aperçu d’une page équipe fictive dans la Suite interactive donna

 

Les avantages


Transformer un contact en une centaine de contacts

Le financement peer-to-peer c’est multiplier le nombre de gens qui connaissent votre cause. Les campagnes de financement traditionnelles visent un contact qui donnera peut-être une fois, puis son rôle pour votre cause sera terminé. Peut-être se rappellera-t-il de vous l’an prochain…!

Le peer-to-peer vise à maximiser l’apport de ce contact pour votre collecte de fonds. Ainsi, on souhaite qu’il fasse part de la cause à son entourage et qu’il amène alors d’autres personnes à contribuer à la cause. De cette manière, vos démarches auprès d’une dizaine de contacts que vous avez acquis seront rapidement maximisés grâce à leurs efforts, sans que vous ayez à en faire plus qu’habituellement (aucun coûts supplémentaires et effectifs additionnels). Grâce au peer-to-peer on pourra alors passer d’un contact acquis par votre organisation à une dizaine de personnes, puis si ces dix personnes invitent également leurs connaissances à contribuer à la cause on en sera alors rapidement à 100 contacts!

 

« Grâce au financement peer-to-peer, on estime qu’un donateur recruté par une organisation amènera 5 nouveaux donateurs »

 

Bénéficier des recommandations

Les gens font davantage confiance à leurs connaissances qu’aux entreprises pour obtenir des recommandations sur des produits/services et ils s’y fient également en ce qui concerne les causes à encourager. En effet, 50 % des donateurs à une cause feraient un don parce qu’un ami leur a demandé. Une statistique démontre également qu’un courriel de sollicitation sur 4 envoyé par un participant d’une campagne peer-to-peer a amené à un don, contrairement à un courriel sur 1 250 envoyé par l’organisation elle-même. Ainsi, une demande de don faite par un proche ou un ami est 300 fois plus efficace qu’une demande faite directement par l’organisation.

Susciter l’engagement

Non seulement le financement peer-to-peer permet-il d’amener de nouvelles personnes à contribuer à votre cause, mais il permet aussi d’engager les donateurs actuels. En offrant la possibilité à ces derniers de créer une équipe et d’amasser des fonds, vous leur offrez un moyen de plus de contribuer à votre cause. Ainsi, certains donateurs qui ont votre cause à cœur mais qui n’auraient pas les moyens financiers de donner davantage pourront s’engager envers votre cause d’une autre façon. Ces personnes motivées et motivantes sont une bonne façon de créer des leaders envers votre cause qui la feront connaître auprès d’un maximum de gens.

Améliorer votre notoriété sur les réseaux sociaux

Le financement peer-to-peer passe beaucoup par les réseaux sociaux, car c’est une plateforme toute désignée pour les participants à une campagne pour partager leurs objectifs et solliciter les gens de leurs réseaux. Ainsi, en ayant une campagne optimisée pour le peer-to-peer, celle-ci pourra être vue par des centaines de personnes lorsqu’elle sera « aimée » ou partagée.

« Lors de campagnes peer-to-peer, la quantité de visiteurs des pages de dons en provenance de Facebook s’élève à 26 % tandis que pour les campagnes régulières le nombre de visiteurs en provenance de Facebook s’élève seulement à 16 %. »


Rejoindre une nouvelle génération de donateurs

Plusieurs causes ont pour principaux donateurs une clientèle assez âgée. Celle-ci préfère être contactée par des méthodes traditionnelles comme la poste et les appels téléphoniques et elle utilise aussi des moyens traditionnels pour donner, comme les dons par chèque. Pour atteindre une génération plus jeune, il faut privilégier d’autres moyens, ce que le financement peer-to-peer permet. Plateforme web et dons en ligne, partage simple et rapide sur les réseaux sociaux, évolution d’une campagne visible en temps réel, événements et défis sportifs permettant de s’impliquer et de s’amuser à la fois, ce sont tous des outils liés au financement peer-to-peer que la génération des Y (Québécois âgés de 18 à 32 ans) favorise et apprécie.

Obtenir des dons plus élevés

Le financement peer-to-peer permet d’accroître ses revenus grâce au nombre accru de donateurs, mais avec des fonctionnalités tels que des événements (défis sportifs, Movember, défi têtes rasées, etc.) les dons moyens augmentent également. Selon une étude réalisée en 2014 aux États-Unis par BlackBaud, le don moyen serait près de 100 $. En effet, les gens qui s’engagent dans une cause et se fixent un objectif (campagnes par équipes) amassent maintenant fréquemment plus de 1000 $ pour la cause grâce aux avantages du peer-to-peer.

 

Financement participatif et financement peer-to-peer : les différences

Il est facile de confondre financement participatif (crowdfunding) et financement peer-to-peer. En effet, les deux méthodes de financement se ressemblent mais évoluent dans des contextes différents. Alors que le financement peer-to-peer a le plus souvent lieu lors d’une campagne de financement où une personne sollicite son entourage pour obtenir des dons, le financement participatif incite plutôt les gens à donner pour financer un quelconque projet, le plus souvent en échange d’une récompense (ex. pour un don de 25 $, le donateur recevra un échantillon du produit en question). 

Ainsi, un entrepreneur présente son projet sur des sites spécialisés (ex. www.indiegogo.com ou www.kickstarter.com) et les gens intéressés peuvent contribuer à son financement soit en effectuant un « don en contrepartie » (don en échange d’une récompense), un prêt ou un investissement en capital (contre des parts de l’entreprise). Les deux méthodes reposent sur la participation de la masse pour récolter de l’argent, mais dans un contexte de collecte de fonds pour une cause, on parlera plutôt de financement peer-to-peer.


Conclusion

Plusieurs experts en marketing et en philanthropie s’entendent pour dire que le financement peer-to-peer est l’avenir des campagnes de financement. Une foule d’avantages y sont liés afin d’optimiser vos collectes de fonds, et ce, sans avoir à débourser de grandes sommes d’argent. Vous en avez donc plus pour moins, ce qui est un avantage non négligeable pour les organismes et fondations! Si vous désirez en savoir plus sur le financement peer-to-peer ou encore vous doter d’un outil optimisé pour ce genre de campagne, n’hésitez-pas à contacter l’équipe de la Suite Interactive donna.

 


Sources

Étude

BANQUE NATIONALE, ÉPISODE et LÉGER RECHERCHE STRATÉGIE CONSEIL. Étude Épisode/Léger sur les tendances en philanthropie au Québec en 2014, Montréal, 2014, 91 pages.

Sites web

ARMITAGE, Becky. Crowdfunding or peer-to-peer lending – which is best for my business?, https://www.fundingcircle.com/blog/2014/03/crowdfunding-or-peer-to-peer-lending-which-is-best-for-my-business-2/

GAUSS. Allison. Grow Your Audience and Revenue With Peer-to-Peer Fundraising, http://www.classy.org/blog/grow-audience-revenue-peer-peer-fundraising/

KERR, Claire. Beyond the Buzz : The Impact of Social Media and Mobile Technology on Peer-Driven Fundraising Campaigns, http://fr.slideshare.net/clairekerr/afpicon-2014-social-mobile-p2-p-fundraising-slideshare

KIMBA. 4 Peer-to-Peer Fundraising Lessons from AFP 2014, http://www.kimbia.com/peer-peer-fundraising-afp/

NP EXPERTS. The Future of Fundraising, https://www.blackbaudhq.com/corpmar/npexperts/the-future-of-fundraising.pdf

TURCOTTE, Martin (Statistiques Canada). Charitable giving by Canadians, http://www.statcan.gc.ca/pub/11-008-x/2012001/article/11637-eng.pdf

WU, Rob. Peer-to-Peer Fundraising Primer, http://www.causevox.com/blog/peer-to-peer-fundraising-primer/

Retour aux nouvelles